Dépasser le cadre de l’université et prendre une place dans la cité

04/09/2017

ITW Pierre Delvenne
Interview de Pierre Delvenne, Directeur de l’Unité de Recherche Cité

 

À quelques jours de l’après-midi ADN de l’Unité de Recherche Cité, nous avons demandé à son directeur de nous éclairer sur sa vision de cette nouvelle entité.

 

Si on devait résumer Cité en quelques mots…

 

Cité est une Unité de Recherche (UR) unique et englobante qui s’adresse aux chercheurs de 3 départements (Droit, Science Politique et Criminologie, ndlr.). Elle leur propose de participer à la co-construction d’un dispositif d’apprentissage collectif avec pour ambition d’augmenter l’excellence de la recherche. Notre ambition ? Dépasser le cadre de l’université et prendre une place dans la cité.

 

 « On ne veut pas développer un environnement de recherche qui ne parle qu’à des chercheurs. »

Qu’est-ce qui la distingue des unités de recherche existantes ?

 

Le fait qu’elle épouse les contours de toute une faculté lui donne un certain poids et suscitera, je l’espère, davantage de cohésion et d’efficacité. Notre faculté compte environ 180 membres et Cité est ouverte et prête à accueillir les membres d’autres facultés qui souhaiteraient la rejoindre.

 

Mais Cité, c’est aussi une unité de recherche avec une préoccupation forte pour la citoyenneté. On ne veut pas développer un environnement de recherche qui ne parle qu’à des chercheurs. Notre ambition, c’est également de sortir du cadre universitaire pour aller vers les citoyens. D’être, littéralement, dans la cité.

 

« Cité est un peu comme une auberge espagnole… »


Que peut-on espérer retirer d’une implication dans Cité ?

 

Cité est un peu comme une auberge espagnole : chacun y amène ses techniques de recherches, ses préoccupations, ses centres d’intérêt… Nous faisons le pari que si chacun amène un petit quelque chose, nous repartirons tous avec plus que ce que l’on a amené individuellement.

 

En d’autres mots : participer à Cité permet d’enrichir ses perspectives et d’augmenter l’excellence de la recherche pour tous.

 

Comment vois-tu ton rôle par rapport à tout cela ?

 

Je me vois comme un pilote, quelqu’un qui donne des impulsions. Je ne suis certainement pas là pour contraindre ou expliquer à mes collègues comment ils doivent travailler.

 

J’ai également une mission de représentation de l’UR : par rapport à la Faculté, à l’université mais aussi par rapport à l’extérieur.

 

Enfin, mon rôle consiste également à être à l’écoute des besoins des chercheurs, mais aussi de prendre l’initiative pour proposer des activités.

 

« Ce rendez-vous sera un moment catalyseur pour cristalliser les envies. »

Justement, une première activité est prévue dans les prochains jours : l’après-midi ADN. Quelles sont tes attentes par rapport à cet événement ?

 

J’espère que la participation sera importante : au fil des derniers mois, j’ai constaté une implication croissante dans les rencontres, enquêtes et questionnaires qui ont été proposés afin de définir les contours de cette nouvelle unité.

 

Maintenant que l’on arrive à sa concrétisation, j’espère que cette dynamique va se poursuivre et s’amplifier. Ce rendez-vous sera un moment catalyseur pour cristalliser les envies et permettre une implication encore plus grande dans ce qui va suivre.

 

Justement, que peut-on attendre dans les prochains mois ?

 

Nous allons organiser 3 ateliers thématiques dont les thèmes seront choisis par les membres de l’UR, lors de l’après-midi ADN.

 

Par la suite, nous allons lancer un système de binôme qui permettra à chaque membre de l’UR, sur base volontaire, de s’associer à un collègue pour échanger ou collaborer sur un projet qu’ils définiront ensemble.

 

D’ici la fin de l’année, il y aura également le lancement du blog de Cité, qui permettra de faire rayonner l’UR et ses activités au sein de l’université mais aussi à l’extérieur, auprès du grand public.

 

Enfin, l’année prochaine, nous comptons organiser des séminaires interdisciplinaires et des cafés scientifiques dans le centre-ville. 

 

Comment les membres peuvent-ils concrètement s’impliquer pour faire vivre Cité et lui permettre de réaliser ses ambitions ?

 

Tout simplement en participant aux activités qui sont proposées, en faisant bénéficier le collectif de leur créativité, en proposant de nouvelles idées et en donnant un peu de temps à cette nouvelle entité…

 

On ne sait pas ce que Cité permettra de réaliser, ni même si nos efforts seront récompensés mais si chacun s’implique et accepte de prendre ce petit risque, je suis sûr qu’on en ressortira tous gagnants.

 


Lire également :

Interview croisée de Yves-Henri Leleu et Patrick Wautelet 

 

Rendez-vous ce jeudi 14 septembre 2017 pour le lancement de Cité, l'Unité de recherche de la Faculté de Droit, Science Politique et Criminologie.

Entretien croisé avec Yves-Henri Leleu, vice-doyen à la recherche et futur doyen de la Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie, et Patrick Wautelet, qui le remplacera d’ici peu dans sa fonction actuelle.