MACQ Hadrien

Assistant

Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie
Département de science politique
Cité

Adresse ULiège
Bât. B31 Département de science politique
Quartier Agora
place des Orateurs 3
4000 Liège 1
Belgique
Courriel
Cours Hors ULiège
Sociologie du Sport (Haute École de la Province de Liège)
Diplômes universitaires
2016: Master of Arts in European Studies on Society, Science and Technology (Maastricht University)
Diplômes universitaires
2016: Master of Arts in Society, Science and Technology in Europe (European Inter-University Association on Society, Science & Technology)
Diplômes universitaires
2015: Master en Science Politique, orientation générale, à finalité spécialisée en Relations Internationales (Université de Liège)
Diplômes universitaires
2013: Bachelier en Science Politique (Université de Liège)

Biographie

Hadrien Macq est Docteur en sciences politiques et sociales (ULiège) et chercheur post-doctoral au SPIRAL (UR Cité). Ses recherches, à la croisée des sciences politiques et des science and technology studies, portent sur les politiques d'innovation, l'innovation participative et les pratiques de making/hacking.

 

Thèse

Doctorat en sciences politiques et sociales (ULiège) : Cultiver les territoires. L'innovation participative à la Commission européenne et en Wallonie

Cette thèse propose une analyse des nouveaux espaces de créativité et d¿innovation que l¿on désigne par des termes comme « innovation ouverte », « incubateurs de start-up », « hackathons » ou « hackerspaces ». Les pratiques des hackers et makers californiens, bricolant de nouvelles technologies dans leurs garages de la Silicon Valley, semblent s¿être répandues en Europe. Les processus de recherche et d'innovation, apparaissent ainsi de plus en plus ouverts, participatifs. Cependant, alors que le mouvement maker en Californie s¿est développé au travers d¿une critique des institutions en place, qu¿elles soient économiques ou politiques, cette thèse montre que ce qui se joue en Europe semble être d¿un autre ordre. En effet, le développement de technologies par les citoyens y semble a priori articulé à une ambition de développement économique, au sein de discours insistant sur la notion d¿économie de la connaissance.

En d¿autres termes, dans le contexte européen, le développement de pratiques d¿innovation participative semble montrer que des pratiques fréquemment assimilées à un mouvement contre-culturel sont reprises et adaptées à des ambitions politiques de développement économique et d¿entrepreneuriat. Dans les deux cas, l¿inventivité et la créativité sont érigées au rang d¿impératifs. Cependant, alors que cet impératif est véhiculé par des communautés de pratiques grassroots dans la Silicon Valley, sans autre finalité que sa propre complétion, il est véhiculé par des autorités publiques dans le cas de la Commission européenne et de la Wallonie, articulé à des programmes politiques d¿économie et d¿innovation.

Comment dès lors ces pratiques se développent-elles dans ces contextes ? Comment s¿intègrent-elles à des politiques d¿innovation qui leur préexistent ? Qui participe aux processus participatifs de recherche et d¿innovation, à partir du moment où ils sont promus et mis en place par des autorités publiques ? Ce sont ces questions qui ont guidé la thèse de doctorat d¿Hadrien MACQ, qui propose une analyse de l¿innovation participative telle qu¿elle est promue et qu¿elle se déploie à la Commission européenne et en Wallonie.

Domaine de recherche

  • Sociologie de la science
  • Sociologie politique
  • Science politique générale
  • Économie politique
  • Progrès technologique

Fonctions ou mandats

  • Doctorant en sciences politiques et sociales