Entretien croisé avec le doyen et vice-doyen à la recherche« L’interdisciplinarité, clé de voûte de Cité »

01/09/2017

Entretien croisé avec Yves-Henri Leleu, vice-doyen à la recherche et futur doyen de la Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie, et Patrick Wautelet, qui le remplacera d’ici peu dans sa fonction actuelle. 

 

Que vous inspire la création de Cité ?

 

Patrick Wautelet : Beaucoup d’espérance et d’attentes ! Nous venons d’un paysage où la recherche est relativement individuelle et morcelée. Cité veut dépasser cela. Cela ne veut pas dire exclure toute recherche individuelle, bien sûr. Il s’agit plutôt de mettre en œuvre l’idée que quand on travaille ensemble, on va plus loin.

 

Yves-Henri Leleu : Eh oui ! Je dirais que c’est l’aboutissement d’un vœu au niveau de la structure : que les recherches en droit, science politique et criminologie fonctionnent de manière interdisciplinaire.

 

« Nous venons d’un paysage où la recherche est relativement individuelle et morcelée. Cité veut dépasser cela. »

 

Cette interdisciplinarité que vous évoquez semble être la clé de voûte de Cité…

 

Y-H Leleu : En effet ! Aujourd’hui, il y a très peu de recherches qui mobilisent plusieurs départements. Il y a plutôt de l’intradisciplinarité : par exemple, au sein du juridique, des études de droit social combinées au droit des sociétés.

 

P. Wautelet : Il faut souligner que c’est sans doute plus difficile pour nous, juristes, d’aller vers l’interdisciplinarité. Pour nos collègues de science politique, c’est quasiment un réflexe naturel. La criminologie, par nature, s’est constituée à partir d’autres disciplines. Alors qu’il y a une insularité dans la recherche juridique assez profonde.

 

Il faudra donc dépasser ce mode de fonctionnement. Comment définissez-vous cette interdisciplinarité que l’on veut susciter ?

 

Y-H Leleu : Pour moi, il faut distinguer l’interdisciplinarité de fond et celle qui s’attache plutôt à la forme. Par exemple, une discipline peut emprunter aux méthodes d’une autre pour mener une recherche spécifique. C’est une démarche intéressante mais ce n’est pas de la véritable interdisciplinarité. La véritable interdisciplinarité, c’est quand des chercheurs se penchent de concert sur un même sujet de recherche.

 

P. Wautelet : Et c’est un véritable défi car cela suppose un dialogue qui n’est pas évident du tout. Il est déjà difficile d’identifier un questionnement commun puisqu’on ne regarde pas l’objet de la même façon. En tant que juristes par exemple, nous considérons la norme et non le comportement social.

 

Y-H Leleu : C’est pour ça que la manière même dont nous définissons l’objet de recherche doit être reconsidérée. Pour nous les juristes, il faut encore davantage partir de l’objet tel qu’il existe dans le substrat social matériel plutôt que comme il est défini par les normes.

 

« Il y a une sorte de plaisir et de satisfaction personnelle à la clé pour ceux qui oseront franchir le pas et se lancer dans un projet de recherche interdisciplinaire. »

 

Quels sont les ingrédients indispensables à cette interdisciplinarité ?

 

P. Wautelet : Je pense que comme dans beaucoup de choses humaines, tout part d’une affinité entre chercheurs. S’il n’y a pas cette affinité, cette curiosité intellectuelle partagée, le dialogue ne peut pas exister.

 

Y-H Leleu : Outre l’enrichissement personnel, il y a une sorte de plaisir et de satisfaction personnelle à la clé pour ceux qui oseront franchir le pas et se lancer dans un projet interdisciplinaire. Leurs recherches auront un plus grand rayonnement, leur lectorat se développera… Il y a un potentiel de retour sur investissement énorme !

 

Quel sera votre rôle en tant que doyen et vice-doyen à la recherche par rapport à Cité ?

 

Y-H Leleu : En tant que vice-doyen à la recherche, j’ai vécu les réflexions initiales qui ont donné naissance à Cité, sous l’impulsion des autorités universitaires.

 

En tant que doyen, je pense que mon rôle sera de veiller à ce que Cité soit bien dans sa faculté car elle en est l’émanation. Je veillerai également à ce que Cité soit une unité de recherche qui compte parmi l’ensemble des facultés et unités de recherche.

 

P. Wautelet : Il va falloir mettre en œuvre des initiatives concrètes pour montrer que Cité est plus qu’un nom, un habillage et une structure. Changer les habitudes de recherche, impulser le changement pour faire de cette interdisciplinarité une réalité : c’est un travail de longue haleine qui ne se réalisera pas sur 6 mois. Nous y contribuerons activement !

 


Lire également :

Interview de Pierre Delvenne

 

Rendez-vous ce jeudi 14 septembre 2017 pour le lancement de Cité, l'Unité de recherche de la Faculté de Droit, Science Politique et Criminologie.

À quelques jours de l’après-midi ADN de l’Unité de Recherche Cité, nous avons demandé à Pierre Delvenne, son directeur, de nous éclairer sur sa vision de cette nouvelle entité. Si on devait résumer Cité en quelques mots…