Marion Ballout poursuit ses recherches sur le sexting


Le Seal of Excellence est un financement qui vise l’excellence et permet de soutenir temporairement un chercheur de l’UR dont le projet a été très favorablement évalué par une instance de financement de la recherche, mais n’a pas été financé.

C’est lors d’une année en Erasmus à l’Université de Liège que la française Marion Ballout décide d’entamer un master en criminologie dans notre faculté, qu’elle obtiendra en 2019 avec grande distinction.

Durant ses études, elle développe un attrait prononcé pour les problématiques liées à la sexualité, au genre, à la façon dont ils perçus et exprimés, et aux violences qui peuvent en découler. Sa première recherche porte ainsi sur le phénomène du slut-shaming et sur sa dimension sexiste, sa définition hasardeuse, et sa banalisation.

En 2018, elle réalise un stage au Collectif contre les Violences Familiales et l’Exclusion (CVFE), un espace collaboratif au sein duquel elle se familiarise à l’animation de groupes. « J’ai pleinement pris conscience de la richesse d’une approche empirique et d’une méthodologie qualitative », explique-t-elle.

Suite à cette expérience, elle publie deux articles consacrés au revenge porn et aux cyberviolences conjugales et consacre son mémoire de master au cybercontrôle et à la cybersurveillance au sein du couple.

Le sexting en question 

Le projet de recherche pour lequel Marion Ballout a reçu le Seal of Excellence s’intitule « Appréhension juridique et criminologique du sexting chez la population adolescente : vers une meilleure compréhension, prévention et répression ». 

Contraction du mot « sexe » et de l’anglicisme « texter », le sexting renvoie aau partage de messages et d’images à caractère sexuel créés par le protagoniste lui-même et échangés par le biais de nouvelles technologies.

Au croisement des champs criminologique et juridique, principalement par sa dimension sexuelle et technologique, le sexting touche particulièrement les adolescents et jeunes adultes.

Cette thèse questionne les pratiques de sexting chez les jeunes (14-25 ans) et les façons d’y répondre adéquatement en Belgique francophone, que ce soit au niveau préventif ou répressif.

Gageons que le Seal of Excellence permettra à Marion Ballout de travailler dans les meilleures conditions et décrocher un financement pour son projet l’année prochaine !

Partagez cette news